Journée académique de Mémoire

Les élèves et le public entonnent la Marseillaise

La journée académique de Mémoire rassemble chaque année des écoliers, des collégiens et des lycéens venus de toute l’académie pour commémorer la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale.

Plaque commérative citant les 74 noms des enfants déportés

Pour cette édition, la journée académique de Mémoire a eu lieu le lundi 23 mai 2022 et a porté sur la rafle des Juifs du Nord-Pas-de-Calais du 11 septembre 1942, événement majeur de la Seconde Guerre mondiale dans la région.

Après avoir travaillé sur le projet pendant plusieurs mois, une centaine d’élèves de l’école Descartes-Montesquieu de Lille, du collège REP+ Lebas de Roubaix, du collège REP+ Boris Vian de Lille et du lycée Paul Hazard d’Armentières ont participé à cette journée.

Les élèves ont participé à des ateliers hors les murs proposés par le Mémorial de la Shoah dans les locaux du Bazaar St-So, situé à l’arrière de la gare Saint-Sauveur où ont été rassemblés une partie des juifs arrêtés lors de cette journée. Un parcours dans Lille à la recherche des traces de la vie juive des années 1930 et de la Shoah a permis d’évoquer plus particulièrement le destin d’enfants juifs pris dans cette rafle avec leur famille.

Un temps commémoratif a eu lieu en fin de journée au cours duquel des élèves ont récité les noms des 74 enfants déportés à la suite de la rafle du 11 septembre 1942, en présence de représentants de la communauté juive de Lille et de l’association pour la mémoire des enfants juifs déportés du Nord-Pas-de-Calais. Dans leurs discours, l’adjointe au maire le Lille en charge des questions mémorielles, le représentant du mémorial de la Shoah et le référent académique « mémoire et citoyenneté » ont rappelé l’importance du devoir de mémoire et ont insisté sur la nécessaire vigilance à l’égard de toute forme de haine.

Le 11 septembre 1942, la Feldgendarmerie, avec l’aide des policiers du commissariat, a tambouriné aux portes et fait sortir de chez eux la quasi-totalité des Juifs lillois encore en ville. Ce sont des familles entières, hommes, femmes et enfants, qui sont emmenées, sans aucune explication, jusqu’à la gare de Lille-Fives. Quelques heures plus tard, elles sont rejointes par les personnes arrêtées à Lens, à Douai, à Valenciennes. Plus de 500 victimes de cette rafle ont été finalement déportées de la caserne Dossin, à Malines vers Auschwitz-Birkenau pour être assassinées.

Au total, entre 1942 et 1944, ce sont 76 000 Juifs français et étrangers, dont 11 000 enfants, qui ont été arrêtés puis déportés de France. Sur ces 76 000, environ 4 000 seulement rentreront.

Programme de la journée 

  • 9 h : témoignages
  • 10 h 30 – 12 h 30 : ateliers hors les murs du Mémorial de la Shoah
  • 13 h 45 : départ du parcours de mémoire avec pour étape principale, la synagogue de Lille
  • 16 h : cérémonie avec dépôt de gerbe, chants, discours et lecture des noms des enfants déportés à la Gare Saint-Sauveur

 

Mise à jour : mai 2022